juillet 4, 2019

Qui n’est pas raciste ici ? – Akli Tadjer

Qui n’est pas raciste ici ? Titre percutant en écho à une problématique alarmante.
Dans cet essai indispensable, Akli Tadjer revient sur une polémique initiée fin 2018. En effet, alors que son roman Le Porteur de Cartable est au programme du Bac, une professeure lance à son auteur un cri d’alarme : certains de ses élèves refusent purement et simplement d’étudier l’œuvre.
Pourquoi ? Les prétextes invoqués par les jeunes font froid dans le dos. Trois mots d’arabe se glissent dans les pages de Tadjer, le roman se déroule en Algérie, pendant la guerre, et surtout, un des personnages se prénomme Messaoud. Tant de revendications racistes que l’écrivain, s’attache à décrypter et à déconstruire lorsqu’il décide d’aller à la rencontre de la classe en question, rencontre qu’il relate et analyse dans ce texte.
Sans incriminer ni stigmatiser à son tour les futurs bacheliers, Akli Tadjer décortique les raisons qui peuvent nourrir chez de jeunes garçons de 18 ans la haine et le rejet de l’Autre. Dans l’échange d’abord laborieux qu’il retrace ici, Tadjer met en lumière un racisme devenu presque ordinaire, qui puise ses racines dans le contexte socio-économique peu favorable à la jeunesse, dans la tradition familiale, mais surtout dans la méconnaissance de l’histoire, et le désintérêt pour l’éducation en général. •
Ce texte, parfois amère, s’avère au final profondément humaniste, et se dresse en opposition frontale aux discours usés qui prônent l’individualisme dénué d’altérité et le refus de s’ouvrir aux autres.
Qui n’est pas raciste ici ? est à mettre en entre toutes les mains, et en priorité celles des plus jeunes, car s’il se lit aisément, il n’en demeure pas moins indispensable et nécessaire. Malheureusement.

SHARE THIS STORY
COMMENTS
EXPAND
ADD A COMMENT

Défiler vers le haut